SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.78 issue3The role of son preference in reproductive behaviour in PakistanA proposal to declare neurocysticercosis an international reportable disease author indexsubject indexarticles search
Home Page  

Bulletin of the World Health Organization

Print version ISSN 0042-9686

Abstract

UTZINGER, J. et al. Côte d’Ivoire : dépistage rapide de Schistosoma mansoni au moyen d’un questionnaire distribué dans les écoles. Bull World Health Organ [online]. 2000, vol.78, n.3, pp. 389-398. ISSN 0042-9686.  http://dx.doi.org/10.1590/S0042-96862000000300015.

La schistosomiase (bilharziose) est une maladie qui montre une répartition en foyers et, si l’on veut tirer le meilleur parti possible des moyens de lutte disponibles, il est important de les consacrer en priorité aux individus et/ou aux communautés les plus touchés. Des approches rapides de détection des cas à moindre coût, comme par exemple de simples questionnaires scolaires, sont donc indispensables. Dans un foyer de forte endémie de schistosomiase à S. mansoni situé dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, un questionnaire a été distribué dans 134 écoles primaires. Cinq semaines après, 121 écoles (90,3 %) avaient répondu - 12 227 élèves avaient été interrogés individuellement. On a cherché à obtenir une confirmation parasitologique dans 60 écoles tirées au hasard et les selles de 5047 élèves ont été analysées par la méthode de Kato-Katz, pendant deux jours consécutifs. La prévalence globale de S. mansoni a été de 54,4 %. De plus, les élèves infectés par S. mansoni ont répondu plus fréquemment avoir eu du « sang dans les selles », une « dysenterie » et une « bilharziose » que les autres. Dans les écoles, le coefficient de corrélation des rangs de Spearman a montré que la prévalence globale de S. mansoni présentait une corrélation statistique très significative avec la fréquence des réponses positives aux questions suivantes : « As-tu eu de la dysenterie depuis un mois ? » (p = 0,002), « As-tu eu du sang dans les selles depuis un mois ? » (p = 0,014) et « As-tu eu la bilharziose depuis un mois ? » (p = 0,011). Les symptômes « dysenterie » et « sang dans les selles » ont donné les meilleurs résultats au plan diagnostique (sensibilité : 88,2 %, spécificité : 57,7 %, valeur prédictive positive : 73,2%, valeur prédictive négative : 78,9 %). Ces deux symptômes sont donc les plus fiables pour l’identification rapide des individus et/ou des communautés présentant un risque élevé de morbidité due à S. mansoni.

Keywords : Côte d’Ivoire; diagnostic techniques and procedures; epidemiological studies; questionnaires [utilization]; Schistosoma mansoni [diagnosis]; schools.

        · abstract in English | Spanish     · text in English