SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.78 issue8Use of business planning methods to monitor global health budgets in Turkmenistan author indexsubject indexarticles search
Home Page  

Bulletin of the World Health Organization

Print version ISSN 0042-9686

Abstract

FRASER, David W.. Investir dans la recherche et le développement en santé : les occasions manquées. Bull World Health Organ [online]. 2000, vol.78, n.8, pp. 1054-1061. ISSN 0042-9686.  http://dx.doi.org/10.1590/S0042-96862000000800015.

En 1996, le Comité ad hoc sur la recherche en santé concernant les options d’interventions futures (créé sous les auspices de l’Organisation mondiale de la Santé) a publié un modèle d’étude des investissements potentiels dans la recherche et le développement en santé. Dans ce schéma, la charge de morbidité des maladies était représentée par une zone rectangulaire divisée en quatre compartiments : a) la charge de morbidité actuellement évitée; b) la charge que l’on pourrait éviter grâce à des interventions ayant un bon rapport coût/efficacité si l’on utilisait plus efficacement les méthodes de prévention disponibles; c) la charge de morbidité que l’on pourrait éviter grâce à des interventions n’ayant pas un bon rapport coût/efficacité, à l’aide des méthodes actuelles; et d) la charge de morbidité pour laquelle nous ne disposons pas encore de méthodes de prévention. Ce Comité ad hoc indiquait que la taille des compartiments b), c) et d) était grossièrement proportionnelle aux priorités de la recherche dans chacun de ces domaines et faisait valoir que le compartiment b) était du ressort de la recherche sur des systèmes de santé et les politiques, le c) de la compétence de la recherche biomédicale portant sur des solutions de rechange moins onéreuses et que le d) relevait de la recherche biomédicale portant sur de nouvelles interventions. Toutefois, ce modèle ne peut être appliqué dans les situations suivantes : i) lorsqu’il s’agit d’un problème sanitaire dont on sait peu de chose ; ii) lorsqu’on ne peut maintenir durablement les mesures de lutte actuelles; iii) lorsqu’il y a des facteurs de risque complexes comme les « facteurs sociaux », qui interviennent dans de nombreuses maladies ; et iv) lorsque la charge de morbidité et les ressources consacrées à la lutte sont extrêmement variables d’un endroit à l’autre. Dans toutes ces situations, la charge de morbidité que la recherche pourrait permettre de réduire ne peut être représentée par un diagramme simple. Dans les situations incertaines ou complexes, une méthode d’établissement des priorités qui mettrait l’accent sur l’absence de doute et la simplicité risquerait d’induire en erreur. En revanche, une méthode transparente, basée sur un tableau à double entrée, pourrait permettre de mieux tenir compte de ces incertitudes et de cette complexité lorsqu’on fixe les priorités de la recherche en santé. Par exemple, on a tenu compte des priorités de la recherche au niveau international (dans le cas présent, des priorités du programme OMS Faire reculer le paludisme), des avantages comparés que présentait l’organisation qui s’est chargée de la recherche (dans le cas présent l’INCLEN) et de la faisabilité de cette dernière, lorsqu’on a fixé les critères précis permettant de classer les projets de recherche candidats selon cette méthode. Les participants à l’établissement des priorités ont discuté ouvertement des points à attribuer aux projets de recherche candidats pour chacun des huit critères retenus. Lorsque les participants ont donné des notes différentes à une proposition de recherche pour un critère donné, l’ensemble des notes a été enregistré et l’on s’est servi de leur moyenne pour calculer la somme des points obtenus pour les huit critères. On a ensuite cherché à parvenir à un consensus sur la série de propositions dont le rang de priorité était le plus élevé, à partir du total des points obtenus. Lorsqu’on utilise une méthode matricielle de ce type, on peut retenir comme critère de jugement des recherches à entreprendre la charge de morbidité 1) qui pourrait être évitée avec un bon rapport coût/efficacité, 2) qui pourrait être évitée, mais sans un bon rapport coût/ efficacité, et 2) qu’il est impossible d’éviter actuellement (voir plus haut b), c) et d)); on pourra retenir par ailleurs les sources d’incertitude et de complexité majeures suivantes : risque de nouveaux problèmes de santé, importance du maintien des efforts de lutte contre les maladies, facteurs transdisciplinaires intervenant dans de nombreuses maladies et variations observées localement quant à la survenue des maladies et aux méthodes de lutte. Il est très probable que les résultats de cette méthode conduisent à des prises de décision plus nuancées dans les situations incertaines et complexes.

Keywords : burden of illness; disability-adjusted life year; health priority; research priority; research support.

        · abstract in English | Spanish     · text in English     · pdf in English