SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.80 issue4Prevalence of nutritional wasting in populations: building explanatory models using secondary dataGender and use of cataract surgical services in developing countries author indexsubject indexarticles search
Home Page  

Bulletin of the World Health Organization

Print version ISSN 0042-9686

Abstract

ONYANGO, Adelheid W.; RECEVEUR, Olivier  and  ESREY, Steven A.. Contribution du lait maternel à l'alimentation des jeunes enfants dans l'ouest du Kenya. Bull World Health Organ [online]. 2002, vol.80, n.4, pp. 292-299. ISSN 0042-9686.  http://dx.doi.org/10.1590/S0042-96862002000400007.

OBJECTIF: Comprendre la contribution relative du lait maternel et des aliments de sevrage à l'apport alimentaire total en vue d'élaborer et de mettre en œuvre des programmes destinés à améliorer l'alimentation de complément dans les pays en développement. MÉTHODES: L'apport d'aliments de complément a été mesuré sur un échantillon de 250 jeunes enfants (âge moyen au début de l'étude : 13,9 ± 2,4 mois) au moyen d'enquêtes alimentaires portant sur les dernières 24 heures réalisées toutes les 3 semaines pendant 6 mois. La quantité de lait maternel absorbée en 24 heures a été déterminée par pesée sur un sous-échantillon de 50 enfants. L'effet de régression de l'âge et du sexe sur la consommation de lait maternel observée a été estimé puis imputé à la totalité de l'échantillon pour calculer l'apport moyen sur la période d'observation. L'apport total en énergie et en éléments nutritifs a été évalué par comparaison avec des estimations publiées sur les besoins des enfants de cette classe d'âge. RÉSULTATS: L'apport énergétique total (1029 kcal/jour) était suffisant, avec une contribution moyenne du lait maternel de 328 kcal/jour (32 %), mais les apports de vitamine A, de riboflavine, de calcium, de fer et de zinc étaient inférieurs aux estimations actuelles concernant les besoins nutritionnels. L'insuffisance observée des apports nutritionnels concordait avec le fait que près de la moitié des enfants présentaient un retard de croissance. La prévalence de l'émaciation était de 6 % au début de l'étude et de 4 % lors de l'évaluation finale. La consommation alimentaire augmentait à l'arrêt de l'allaitement au sein, mais ne compensait pas entièrement les quantités de matières grasses et de vitamine A apportées par le lait maternel. CONCLUSION: Le rôle nutritionnel du lait maternel au cours de la deuxième année est inversement proportionnel à la qualité de l'alimentation de complément. Dans la présente étude, le lait maternel était une source irremplaçable de matières grasses et de vitamine A. Lorsque les aliments de sevrage ne suffisent pas à apporter les quantités nécessaires d'éléments nutritifs clés en raison soit d'un apport insuffisant, soit d'une mauvaise biodisponibilité, le lait maternel joue un rôle nutritionnel accru pendant la deuxième année, mais sans garantir un apport suffisant en éléments nutritifs.

Keywords : Lait femme; Nutrition nourrisson [physiologie]; Aliments pour nourrisson; Sevrage; Ration calorique; Nourrisson; Etude prospective; Kenya.

        · abstract in English | Spanish     · text in English     · pdf in English