SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.80 issue9Vaccination against hepatitis A virus may not be required for schoolchildren in northern India: results of a seroepidemiological surveyControl of human African trypanosomiasis in the Quiçama focus, Angola author indexsubject indexarticles search
Home Page  

Bulletin of the World Health Organization

Print version ISSN 0042-9686

Abstract

VAN GEEN, Alexander et al. Promotion de changement d'utilisation de puits afin de réduire l'exposition à l'arsenic au Bangladesh. Bull World Health Organ [online]. 2002, vol.80, n.9, pp. 732-737. ISSN 0042-9686.  http://dx.doi.org/10.1590/S0042-96862002000900010.

OBJECTIF: Réaliser une enquête sur les puits et les ménages dans l'upazila d'Araihazar (Bangladesh) afin de préparer une étude épidémiologique de longue durée sur les conséquences de l'exposition chronique à l'arsenic. MÉTHODES: Des échantillons d'eau et des données sur les ménages ont été recueillis pendant quatre mois pour 2000 puits sur les 4977 puits contigus desservant une population de 55 000 per-sonnes. La position de chaque puits a été déterminée à 30 mètres près à l'aide de récepteurs GPS (Global Positioning System). Les concentrations en arsenic ont été mesurées par spectrophotométrie d'absorption atomique à four graphite. En outre, des échantillons d'eau souterraine recueillis toutes les deux semaines pendant une année entière dans six puits ont fait l'objet d'un dosage de l'arsenic par spectrométrie de masse à haute résolution avec source plasma à couplage inductif. RÉSULTATS: La moitié des puits enquêtés à Araihazar avaient été installés au cours des cinq années précédentes ; 94 % d'entre eux étaient privés. Seuls 48 % des puits enquêtés donnaient une eau contenant moins de 50 mg/l d'arsenic, norme en vigueur au Bangladesh pour l'eau potable. Comme dans d'autres régions du Bangladesh et du Bengale-Occidental (Inde), l'arsenic a une distribution spatiale très inégale (entre 5 et 860 mg/l) et par conséquent difficile à prévoir. Toutefois, en raison même de cette variabilité, près de 90 % des habitants vivent à moins de 100 m d'un puits sain. La surveillance de six puits répondant actuellement à la norme de 50 mg/l n'a montré aucun indice de cycle saisonnier de l'arsenic en relation avec le cycle hydrologique. Ces observations laissent à penser que les changements de puits sont une option viable à Araihazar, au moins à court terme. CONCLUSION: Les changements de puits existants devraient être plus systématiquement encouragés à Araihazar et dans de nombreuses autres parties du Bangladesh et du Bengale-Occcidental (Inde). Les barrières sociales faisant obstacle aux changements de puits doivent être mieux connues et si possible surmontées.

Keywords : Eau potable [composition chimique]; Eau potable [normes]; Alimentation eau [analyse]; Arsenic; Bangladesh.

        · abstract in English | Spanish     · text in English     · pdf in English