SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.80 issue9Promotion of well-switching to mitigate the current arsenic crisis in BangladeshUnderstanding levels of morbidity and hospitalization in Kerala, India author indexsubject indexarticles search
Home Page  

Bulletin of the World Health Organization

Print version ISSN 0042-9686

Abstract

RUIZ, José Antonio; SIMARRO, Pere P.  and  JOSENANDO, Teofilo. Lutte contre la trypanosomiase humaine africaine dans le foyer de Quiçama (Angola). Bull World Health Organ [online]. 2002, vol.80, n.9, pp. 738-745. ISSN 0042-9686.  http://dx.doi.org/10.1590/S0042-96862002000900011.

OBJECTIF: Réexaminer la situation épidémiologique de la trypanosomiase humaine africaine (THA), connue également sous le nom de maladie du sommeil, dans le foyer de Quiçama, province de Bengo (Angola), et mettre en place un programme de lutte contre cette maladie. MÉTHODES: En 1997, un examen sérologique de recherche de Trypanosoma brucei gambiense, l'agent étiologique de la THA, a été pratiqué chez 8796 personnes (soit la population de 31 villages). En 1998 et 1999, des enquêtes ont été réalisées dans les villages où des cas de THA avait été identifiés en 1997. On a d'abord réalisé un test d'agglutination sur carte pour la trypanosomiase (CATT), puis une recherche du parasite. Devant un test positif en CATT et quand la présence du parasite n'a pas pu être confirmée, on a refait le test CATT sur des dilutions de sérum et les patients ayant un titre positif final en anticorps égal ou supérieur à un quart ont été suivis. Quand la cellularité du liquide céphalo- rachidien (LCR) était inférieure ou égale à 10/ml et en l'absence de trypanosome dans le LCR, un diagnostic de premier stade de la maladie a été porté. La lutte antivectorielle n'a pas été considérée comme nécessaire ou faisable. RÉSULTATS: Les zones principales de transmission se situent sur les berges du fleuve Kwanza, où la population s'élève à 5042 habitants. En 1997, la prévalence de la THA était de 1,97 %, mais est tombé à 0,55 % en 1998 et 0,33 % en 1999. Le taux de rechute était de 3 % après traitement par la pentamidine et de 3,5 % après traitement par le mélarsoprol. Chez les patients traités par la pentamidine, le taux de rechute n'était pas différent quand la cellularité initiale du LCR était 0-5 cellules/ml ou 6-10 cellules/ml. Le taux de mortalité global était de 0,6 % et la fréquence des encéphalopathie réactionnelles à l'arsenic parmi les patients traités par le mélarsoprol était de 1,7 %. CONCLUSION: La situation épidémiologique de la maladie a été réexaminée et les secteurs de transmission ont été délimités. Les méthodes de lutte mises en œuvre ont permis de réduire la prévalence de la maladie.

Keywords : Trypanosomiase africaine [épidémiologie]; Trypanosomiase africaine [diagnostic]; Trypanosomiase africaine [chimiothérapie]; Trypanocides; Echec thérapeutique; Facteur risque; Etude analytique (Epidémiologie); Angola.

        · abstract in English | Spanish     · text in English     · pdf in English