SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.85 issue6Operational effectiveness of single-dose nevirapine in preventing mother-to-child transmission of HIVMortality among married older adults in the suburbs of Beirut: estimates from offspring data author indexsubject indexarticles search
Home Page  

Bulletin of the World Health Organization

Print version ISSN 0042-9686

Abstract

PAGE, Andrew; BEGG, Stephen; TAYLOR, Richard  and  LOPEZ, Alan D. Evaluations comparatives internationales de l’espérance de vie: influence de l’immigration dans le cas de l’Australie. Bull World Health Organ [online]. 2007, vol.85, n.6, pp. 474-481. ISSN 0042-9686.  http://dx.doi.org/10.1590/S0042-96862007000600014.

OBJETIF: Etudier l’effet de l’immigration sur l’espérance de vie en Australie sur la période 1981-2003 et comparer l’espérance de vie pour les habitants de ce pays nés Australiens avec celle des habitants des autres pays de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE). MÉTHODES: On a appliqué des méthodes classiques d’étude des courbes de survie à des données de mortalité par âge toutes causes confondues et à des données démographiques pour la période 1981-2003 afin de calculer l’espérance de vie à la naissance (En) de la population australienne totale (y compris les immigrés) et de la population née Australienne (sans les immigrés). On a comparé les espérances de vie moyennes pour chaque sexe au moyen de tests t appariés. On a réévalué le classement par espérance de vie des pays de l’OCDE et on a mesuré les changements de classement par le test de rangs de Wilcoxon. RÉSULTATS: Les espérances de vie des hommes et des femmes appartenant à la fraction de la population née en Australie étaient significativement inférieures à celles des membres masculins et féminins de la population totale. Pour la période allant de 1981 à 2003, on a relevé une différence moyenne entre le groupe de population né en Australie et la population totale de 0,41 an [intervalle de confiance à 95 % (IC) : 0,37-0,44 ; t17 = 27,0, p < 0,0001] pour les hommes et de 0,29 an [intervalle de confiance à 95 % (IC) : 0,26-0,31 ; t17 = 27,6 ; p < 0,0001] pour les femmes. Après exclusion des groupes de population immigrée, l’Australie ne fait plus partie des cinq premiers pays de l’OCDE les mieux placés pour l’espérance de vie pour les deux années étudiées les plus récentes. CONCLUSION: Si l’espérance de vie calculée pour l’Australie est parmi les plus élevées du monde industrialisé, cette situation est en partie imputable à la présence de populations immigrées à faible taux de mortalité. Cet effet doit être pris en compte dans les évaluations comparatives à l’échelle internationale des taux de mortalité.

        · abstract in English | Spanish     · text in English     · pdf in English