SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.85 issue6Global eradication of polio: the case for "finishing the job" author indexsubject indexarticles search
Home Page  

Bulletin of the World Health Organization

Print version ISSN 0042-9686

Abstract

WYND, Shona et al. Comprendre l’impact de la filariose lymphatique au niveau communautaire par une analyse de la littérature dans le domaine socioculturel. Bull World Health Organ [online]. 2007, vol.85, n.6, pp. 493-498. ISSN 0042-9686.  http://dx.doi.org/10.1590/S0042-96862007000600017.

La filariose lymphatique (FL) est endémique dans environ 80 pays tropicaux et subtropicaux. Quelque 120 millions de personnes sont infestées par le parasite responsable de cette maladie et on estime à près d’un milliard le nombre de celles exposées au risque d’infestation. A ce jour, l’axe d’intervention principal du programme d’élimination de la FL consistait à interrompre la transmission de la maladie par des séries sur quatre à six ans de campagnes annuelles de traitement des communautés par l’association diéthylcarbamazine/albendazole ou l’association albendazole/ivermectine. Tout en enregistrant des succès substantiels partout où ils avaient réussi à appliquer cette stratégie, les responsables du programme ont néanmoins compris que celle-ci n’apporterait pas seule une solution durable dans tous les contextes. La littérature relativement abondante sur la FL comprend principalement des travaux de recherche sur cette maladie et des évaluations quantitatives sur le terrain de son impact (notamment des études sur la prévalence locale des infestations humaine et vectorielle). A mesure que le programme d’élimination mondiale de la filariose lymphatique se développe, les responsables reconnaissent de plus en plus l’absence de compréhension des aspects socioculturels de la maladie comme une lacune rédhibitoire pour la mise au point de programmes adaptés et répondant aux perceptions et aux besoins locaux. Le présent article évalue l’état actuel des connaissances sur les éléments socioculturels associés à la LF. Sa conclusion est que la compréhension actuelle des facteurs socioculturels liés à la présence et au traitement de cette maladie est insuffisante et qu’il faut recourir à des méthodes appropriées, du domaine des sciences sociales, pour combler cette lacune et pour s’assurer de la participation des communautés à la délivrance des programmes d’élimination de la LF et au maintien de leur succès.

        · abstract in English | Spanish     · text in English     · pdf in English