SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.86 issue9Antiretroviral therapy and early mortality in South AfricaDeclining HIV prevalence among young pregnant women in Lusaka, Zambia author indexsubject indexarticles search
Home Page  

Bulletin of the World Health Organization

Print version ISSN 0042-9686

Abstract

KHOSRAVI, Ardeshir et al. Impact des erreurs de classification des décès sur la mesure de la mortalité cardiovasculaire en République islamique d'Iran: étude transversale. Bull World Health Organ [online]. 2008, vol.86, n.9, pp. 688-696. ISSN 0042-9686.  http://dx.doi.org/10.1590/S0042-96862008000900012.

OBJECTIF: Evaluer l'ampleur et la structure des erreurs de classification des décès résultant de diagnostics non spécifiques dans le système d'enregistrement des décès iranien et corriger les données en vue de la planification et de l'élaboration de politiques dans le domaine sanitaire. MÉTHODES: Les dossiers médicaux détaillés de 1426 décès hospitaliers, attribués à sept causes mal définies ou vagues de décès, ont été examinés par des médecins expérimentés, qui ont ensuite rempli des certificats de décès standards. Les causes sous-jacentes de la mort d'après cet examen ont été comparées aux causes enregistrées dans le système. RÉSULTATS: Il est probable que la structure des causes sous-jacentes de décès en République islamique d'Iran diffère substantiellement de celle suggérée par le système d'enregistrement des décès. Environ 88 % des 582 cas de diagnostic non spécifique, dont l'âge se situait entre 15 et 69 ans, ont été réaffectés à diverses causes spécifiques, dont les cardiopathies ischémiques (33 %), les accidents vasculaires cérébraux (13 %) et les traumatismes (10 %). Une structure similaire des erreurs de classification se dégage de l'examen de 738 décès à des âges plus avancés (70 ans et plus), parmi lesquels 46 % ont été réaffectés dans les catégories cardiopathies ischémiques et AVC. CONCLUSION: Une proportion importante des décès recensés dans le système iranien d'enregistrement est classée dans des groupes de causes peu pertinents pour la recherche épidémiologique ou pour l'élaboration de politiques sanitaires. La réaffectation de ces décès augmenterait les proportions de décès par cardiopathie ischémique et par maladie cérébrovasculaire l'une et l'autre de 32 %, celle des décès par diabète de 68 % et celle des décès par maladies respiratoires chroniques des voies inférieures de 73 %. Il est urgent d'apporter des modifications substantielles aux procédures de diagnostic des causes de décès si l'on veut que les données d'enregistrement puissent guider de manière efficace les politiques et les programmes sanitaires de la République islamique d'Iran.

        · abstract in English | Spanish     · text in English     · pdf in English