SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.90 issue7Supplementary polio immunization activities and prior use of routine immunization services in non-polio-endemic sub-Saharan AfricaImproved and standardized method for assessing years lived with disability after injury author indexsubject indexarticles search
Home Page  

Bulletin of the World Health Organization

Print version ISSN 0042-9686

Abstract

ARMBRUSTER, Benjamin  and  LUCAS, Aaron M. Efficacité d'un mois d'abstinence ou de rapports sexuels protégés pour réduire la transmission du VIH. Bull World Health Organ [online]. 2012, vol.90, n.7, pp. 504-512. ISSN 0042-9686.  http://dx.doi.org/10.2471/BLT.11.088641.

OBJECTIF: Élaborer un modèle comportemental déterministe pour étudier les effets de l'abstinence sexuelle ou de rapports sexuels exclusivement protégés d'une population, pendant un mois chaque année, sur la transmission du virus de l'immunodéficience humaine (VIH). MÉTHODES: Un modèle de transmission du VIH a été créé pour simuler les effets de l'intervention (c'est-à-dire un mois d'abstinence sexuelle ou de rapports sexuels protégés chaque année, au cours duquel aucune transmission n'a eu lieu) dans trois pays, en appliquant plusieurs hypothèses optimistes. La réduction de l'incidence de transmission annuelle modélisée attribuable à ce «test» a été comparée à celle qui a été observée avec une intervention alternative. Dans ce dernier cas, les incidences de transmission mensuelles ont diminué d'un douzième, de sorte que, pour l'essentiel, l'interruption d'un mois a été répartie également sur une année complète. RÉSULTATS: Au cours de la première année modélisée, le test n'a évité que 2,5% (Kenya), 3,3% (Afrique du Sud) et 1,6% (Swaziland) d'infections supplémentaires par le VIH par rapport à l'interruption alternative. Selon le modèle, si le test était recommencé chaque mois de janvier, il ne permettrait d'éviter que 2% (Kenya), 2% (Afrique du Sud) et 1% (Swaziland) d'infections supplémentaires par le VIH sur 5 ans par rapport à l'intervention alternative. CONCLUSION: Bien qu'il ne semble pas nettement plus efficace que l'intervention alternative, le test peut néanmoins être plus faisable et donc intéressant. Avant que le test ne puisse être recommandé, le rapport coût-efficacité et la faisabilité d'une telle interruption annuelle de transmission du VIH doivent être évalués et comparés avec ceux d'autres interventions pouvant réduire de nouvelles infections par le VIH, comme la circoncision et les campagnes de réduction du nombre de partenaires sexuels.

        · abstract in English | Spanish     · text in English     · pdf in English